Semaine de la Pop Philosophie saison X : l’indifférence

12 octobre 2018 / 17 octobre 2018
Marseille (Théâtre la Criée, Mucem, Frac)

La Semaine de la Pop Philosophie est un festival annuel crée en 2009 par Jacques Serrano et organisé par les Rencontres Place Publique. Il s’agit du premier festival international de Pop Philosophie. Depuis sa création, porté par l’engouement croissant du public pour cette discipline de plus en plus concrète et vivante, cet événement est un des principaux rendez-vous incontournables de la pensée contemporaine.

À l’occasion de sa 10e édition – édition anniversaire – la semaine de la Pop Philosophie accueille une sélection des principales institutions et associations qui s’engagent dans le débat d’idées et la promotion de la pensée contemporaine afin qu’elles présentent leur objectif général et les approches spécifiques qui orientent leurs choix. Parmi les invités : Citéphilo Lille, le Collège international de Philosophie, les Rencontres Philosophiques de Monaco, la Villa Gillet, Sciences Po pour l’art contemporain interviendront au Théâtre National de la Criée, au Mucem et au Frac.

 

Chaque structure est invitée à penser  une rencontre/débat sur le thème de  L’INDIFFÉRENCE

« L’indifférence est réputée gangrener notre société individualiste ; c’est pourquoi elle se voit démasquée et dénoncée par différents donneurs de morales, comme expression majeure de l’égoïsme, voire de l’hostilité envers l’humanité. Sous ce terme, devenu péjoratif, sont d’ailleurs souvent confondues deux attitudes à bien des égards différentes : la première, à caractère intellectuel, consiste surtout en une neutralité de jugement (« ne-uter », ni l’un ni l’autre) par laquelle on reste « sans opinion » (catégorie toujours significative dans les enquêtes d’opinion), on ne veut pas prendre parti ; la seconde à caractère affectif, fait qu’on se montre insensible, sans cœur, aux drames et souffrances d’autrui, ce qui entraîne l’inaction, qui peut devenir franchement inacceptable lorsqu’on ne porte pas assistance à une personne en danger, par exemple. Dans un cas, on se montre indifférent à l’égard de la vérité, dans l’autre indifférent à autrui. »

Jean-Jacques Wunenburger

Partager l'article
Top